lundi 27 avril 2009

Des scientifiques de l'Albert Einstein College of Medicine proposent une nouvelle théorie de l’autisme.


Pour suivre l'actualité scientifique de l'autisme des dernièrs mois, rendez-vous sur le blog Autisme Information Science

Texte original

Les scientifiques de l'Albert Einstein College of Medicine de l'Université Yeshiva ont proposé une nouvelle théorie élargie de l'autisme qui suggère que le cerveau des personnes atteintes d'autisme est structurellement normal mais dérégulé, ce qui implique que les symptômes du trouble peuvent être réversibles. Le principe central de la théorie, publiée dans le numéro de Mars de la revue « Brain Research Reviews », est que l'autisme est un trouble du développement causé par les facultés de règulation défaillante du locus coeruleus, un ensemble de neurones dans le cerveau qui traite les signaux sensoriels issus de toutes les parties du corps.

La nouvelle théorie découle de décennies d'observations anecdotiques concernant certains enfants autistes qui semblent s'améliorer quand ils ont de la fièvre, mais qui régressent lorsque la fièvre s'atténue. Une étude de 2007 dans la revue Pediatrics s’est penché plus sérieusement sur la fièvre et l'autisme, en observant les enfants autistes pendant et après les épisodes de fièvre et en comparant leur comportement avec les enfants autistes qui n'ont pas de fièvre. Cette étude a établi que le comportement expérimental des enfants autistes changent au cours de la fièvre.

"Sur une note positive, nous parlons d'une région du cerveau qui n'est pas modifié de manière irrévocable. Cela nous donne l'espoir qu’avec de nouvelles thérapies, nous seront en mesure d'aider les personnes atteintes d'autisme», dit le co-auteur Mark F. Mehler , MD, président de la chaire de neurologie et directeur du « Institute for Brain Disorders and Neural Regeneration »à Einstein.

L'autisme est un handicap complexe du développement qui affecte la capacité d’une personne à communiquer et à interagir avec les autres. Il apparaît généralement au cours des trois premières années de la vie. L'autisme est appelé « trouble du spectre autistique », car il affecte les individus différemment et à des degrés divers. On estime qu’un enfant américain sur 150 présente un certain degré d’autisme.

Les chercheurs d’Einstein concluent que les preuves scientifiques pointent directement le locus coeruleus-noradrénergique (LC-NA)comme étant un système impliqué dans l'autisme. "Le LC-NA système est le seul système de cerveau impliqué à la fois dans la production de la fièvre et dans le contrôle de comportement," dit le co-auteur Dominick P. Purpura, MD, doyen émérite et professeur de neurosciences à Einstein.

Le locus coeruleus a des connexions étendues à des régions du cerveau qui traitent l'information sensorielle. Il sécrète la plus grande part de la noradrénaline, un neurotransmetteur qui joue un rôle clé dans le déclenchement des mécanismes de défense, tels que le «combat ou fuite». Il est également impliqué dans une variété de comportements complexes, telles que l'attention focalisée (la capacité à concentrer son attention sur des signaux de l'environnement en rapport avec une tâche manuelle, ou encore pour déplacer son attention d'une tâche à un autre). Le déficit d’attention est une caractéristique de l'autisme.

"Ce qui est unique sur le locus coeruleus est qu'il active presque tous les centres d'ordre supérieur du cerveau qui sont impliquées dans des tâches cognitives complexes», explique le Dr Mehler.

L’hypothèse des docteurs Purpura et Mehler est que dans l’autisme, le LC-NA est dérégulé par une interaction environnementale ou par des facteurs génétiques ou épigénétiques (substances chimiques qui régulent l'expression de gènes aussi bien au sein du génome qu'en dehors). Ils pensent que le stress joue un rôle central dans la dérégulation de la LC-NA système, en particulier dans les derniers stades de développement prénatal lorsque le cerveau du foetus est particulièrement vulnérable.

Pour preuve, les chercheurs indiquent une étude de 2008, publié dans le « Journal of Autism and Developmental Disorders », que l'on trouve une plus grande incidence de l'autisme chez les enfants dont les mères ont été exposées aux cyclones et tempêtes tropicales au cours de la grossesse. L'exposition maternelle à de graves tempêtes, au milieu de la gestation a entraîné la plus forte prévalence de l'autisme.

L’hypothèse des docteurs Purpura et Mehler est que ,chez les enfants autistes, la fièvre stimule le système LC-NA et restaure temporairement sa fonction de régulation normale. "Cela ne pourrait se produire si l'autisme était causé par une lésion ou une anomalie structurelle du cerveau», explique le Dr Purpura.

"Cela nous donne espoir que nous finirons par être en mesure de faire quelque chose pour les personnes atteintes d'autisme», ajoute-t-il.

Les chercheurs ne préconisent pas la thérapie par la fièvre (fièvre provoquée par des moyens artificiels), qui serait trop large, et peut-être même un dangereux remède. Au lieu de cela, disent-ils, l'avenir du traitement de l'autisme réside probablement dans les médicaments qui ciblent sélectivement certains types de récepteurs noradrénergiques du cerveau ou, plus probablement, en épigénétique grâce à des thérapies ciblant les gènes du système LC-NA .

"Si le locus coeruleus est altéré dans l'autisme, il l’est probablement parce que des dizaines ou des centaines, voire des milliers de gènes sont en dérégulation subtile et complexe", explique le Dr Mehler. "La seule façon d'inverser ce processus grâce à des thérapies épigénétiques, qui, nous commençons à l’apprendre, ont la capacité de coordonner la très grande intégration des réseaux de gènes".

"Le message ici est celui de l'espoir mais aussi de la prudence", ajoute le Dr Mehler. "Vous ne pouvez pas prendre une maladie neuropsychiatrique complexe, qui a échappé à notre compréhension de 50 ans et d'un seul coup d'un traitement qui va à l'inverser - c'est la folie. D'autre part, nous avons maintenant des indices de la neurobiologie, la génétique, l'épigénétique et de l'autisme. Pour avancer, nous devons investir plus d'argent dans les sciences de base à examiner le génome et l'épigénome de façon plus ciblée. "

Traduction blog Autisme Information Science

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire